Dzogchen Kyabjé Péma Kalsang Rinpoché

Dzogchen Kyabjé Péma Kalsang Rinpoché est né en 1943 au Tibet oriental, a Dégé, dans un village de la vallée de Dzachuka, province du Kham. Il est la troisième incarnation de S.E. Dzogchen Pema Benzar, détenteur de la lignée du Dzogchen Nyingthik. Tulku Pema Kalzang Rinpoche
Il est né dans une famille nomade, dont les ancêtres ont constitué une lignée ininterrompue de Tulkus et sa naissance fut marquée par de nombreux signes auspicieux. Nouveau-né, il pouvait déjà réciter les mantras de Guru Rinpoché et de Chenrezig, résultat des empreintes de ses vies passées. Cela engendra une telle dévotion parmi la population locale que les habitants eurent les larmes aux yeux. 

A l'âge de deux ans, son frère de Dharma de sa vie précédente, Dzogchen Kongtrul Rinpoché, vint dans la région pour donner des enseignements. Le jeune Pema Kalsang pleura tant et si fort que sa mère fut forcée de l'emmener auprès du Rinpoché. Dès que l'enfant l'aperçut, il se réfugia dans ses bras et l'agrippa avec une joie intense. Kongtrul Rinpoché recommanda à la mère de prendre grand soin de son fils. Il avait, en outre rêvé la nuit précédente de l'enfant et ce rêve lui indiquait que l'enfant était un tulku. Kongtrul Rinpoché retourna rapidement à son monastère pour informer Dzogchen Jigdral Changjub Dorje et envoya aussi une missive a Jamyang Khyentse Chogyi Lodro. Peu après, ils reconnurent tous deux le garçon comme la troisième réincarnation de S.E. Dzogchen Pema Benzar.
A l'âge de huit ans, il débuta son éducation primaire au centre de retraite Dza Jangma et reçut personnellement les enseignements d'un Khenpo. Durant cette période, il reçut aussi l'ordination de Getsul. En 1953, il fut invité à être intronisé selon la tradition du monastère Dzogchen qui est un des six principaux monastères Nyingma et la source des enseignements Dzogchen. Là, il reçut les enseignements relatifs au Sutrayana et au Vajrayana. Il reçut également des transmissions orales, des transmissions de pouvoir et des instructions secrètes et ce venant de nombreux maîtres hautement réalisés.

Parmi ces maîtres, citons : Khenpo Lhagong, un pratiquant du Longchen Nyingthig qui atteint l'Eveil au cours de sa retraite permanente; Khenchen Yonden Gonpo, une émanation de Samantabhadra; Jigdral Changjub Dorje; Jamyang Khyentse Chogyi Lodro; Khenchen Pema Tsewang et Khenchen Thubten Nyiendrak. Khenchen Yonden Gonpo l'introduisit à Rigpa, la vraie nature de son esprit, par une transmission de pouvoir. Ensuite, Jigdral Changjub Dorje le nomma, comme successeur au détenteur du trône du monastère Dzogchen. Rinpoché considère que cette période fut la plus parfaite et la plus joyeuse de sa vie.

Peu après, en 1959, la religion, la culture et le gouvernement furent anéantis. Son monastère fut détruit, son entourage tué ou éparpillé et lui-même fut emprisonné. Deux ans plus tard, il fut relâché de prison, mais non du contrôle de l'occupant, et fut mis aux travaux forcés pendant vingt ans. Bien qu'il vécut dans des conditions non propices à l'étude du Dharma, il n'en fut pas affecté et continua d'étudier et de pratiquer secrètement.

En 1983, grâce aux changements survenus au Tibet et au renouveau de la culture tibétaine et au Dharma intact, Pema Kalsang Rinpoché put rétablir certains monastères, dont le monastère
Dzogchen ainsi qu'il l'avait toujours souhaité. Malheureusement, l'année suivante, alors qu'il se consacrait à ce travail, il fut gravement blessé dans un accident de voiture. La partie adverse impliquée lui donna une compensation pour l'aider tout au long de sa vie. Cependant, il utilisa cet argent pour reconstruire et élargir la fameuse et ancienne université bouddhiste Shri Singha, ce qui permit à des milliers d'étudiants du Dharma de recevoir une éducation.

Par son activité, il a rallumé la lumière et le son du Dharma dans un lieu saint plongé dans l'obscurité et le néant pendant trente ans. Il a également aidé à construire et a développer des Shedras (universités bouddhistes) et des Drubdras (centres de retraite) à Dorje Drak, Mindrolling et Palru : trois des six principaux monastères de la tradition Nyingma, de même qu'à Samye et Drugon Nyima Jandra et en nombreux autres endroits en envoyant des Khenpos (professeurs bouddhistes) pour enseigner dans ces centres. Lui-même conféra des transmissions de pouvoir et des enseignements du Dzogpa Chenpo et reconnut de nombreux tulkus, vingt-cinq au total.

Depuis 1998, Kyabjé Péma Kalsang Rinpoché s'est focalisé avec insistance dans trois domaines:
- Premièrement en rassemblant des anciennes statues Bouddhistes, des écrits et des objets culturels importants qui ont disparu du Tibet. Un temple dédié a l'exposition de la culture tibétaine appelé "Le Lotus d'Or, Ornement du Tibet" est en construction pour recevoir ces statues.
- Deuxièmement en établissant et en créant une organisation appelée "Récompenses Kalsang pour Mérites", pour raviver et renforcer la Culture Tibétaine en récompensant les érudits et écrivains tibétains dont le travail excelle.
- Troisièmement, il essaye de reconstruire autant d'écoles que possible pour offrir à la jeune génération de Tibétains une bonne instruction, ainsi que construire des établissements pour les personnes âgées handicapées.

Kyanbje Pema Kalsang Rinpoché a aidé les autres avec une compassion sans limite durant toute sa vie. Il est un guide dont la lumière et la vie sont une source d'inspiration pour les autres sur le chemin du Dharma. Puisse-t-il jouir d'une vie longue et d'une bonne santé. Puissent toutes ses vertus rapidement être accomplies.

Publié par l'université Shri Singha de la Fontaine Dzogchen Rudam de la Sagesse et de l'Apprentissage dans le Pays des Neiges.